top of page
  • Photo du rédacteurARKIMMO INTERNATIONAL

DECARBONATION DE L'IMMOBILIER : Quand l'immobilier doit se mettre au vert


Dans ce premier article de notre série "DECARBONATION DE L'IMMOBILIER" nous vous proposons de réaliser un bilan de la situation.



Les effets du changement climatique sont visibles. Le dérèglement que nous constatons, mais aussi la raréfaction des matières premières, la pollution et les préoccupations grandissantes de l’opinion publique pour l’écologie, la santé et le bien être auront-ils finalement un impact sur le secteur immobilier ?


Le Constat :



Le « jour du dépassement » : C’est la date à partir de laquelle nous avons consommé l’intégralité de ce que la Terre peut produire en ressources en une année.


A l'échelle planétaire, il se situe en juillet. Mais en France, il a été atteint le 5 mai. Autrement dit, notre pays a épuisé en 5 mois son quota de ressources (carbone, forêts, cultures, constructions...) pour une année entière.





En ce qui concerne le climat, dans son rapport du 20 mars dernier le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) décrit des changements d’une ampleur inédite, avec des effets néfastes dans le monde entier : Émissions de gaz à effet de serre (GES), hausse globale des températures, vulnérabilité des écosystèmes et des populations, …


Le réchauffement climatique est directement lié à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère.


 

80% des émissions de gaz à effet de serre mondiales proviennent de la production d’énergie

 

Quels sont les gaz à effet de serre?


Le CO2 n’est pas le seul gaz à effet de serre. L’émission de méthane (25 à 30 fois plus réchauffant que le CO2) et de protoxyde d’azote (300 fois plus réchauffant que le CO2) participent également à la déstabilisation des composants de l’atmosphère.


Les conséquences


La température à la surface du globe a augmenté de 1,1°C (par rapport à 1900), les océans se réchauffent, s’appauvrissent en oxygène et s’acidifient, la fonte des glaces s’accélère, la hausse du niveau de la mer devient préoccupante, les événements météorologiques extrêmes (sécheresse, pics de chaleurs, canicules, ouragans, …) se multiplient. Certains effets du réchauffement climatique seront irréversibles durant des millénaires.





Le rôle joué par les activités humaines dans le changement climatique est incontestable.


 

« Le dernier rapport du GIEC nous le rappelle : le changement climatique est une menace pour le bien-être humain et la santé de la planète. Nous devons donc accélérer nos actions pour anticiper au maximum les risques que le changement climatique fait peser sur nos territoires. Les conclusions du GIEC seront la base sur laquelle nous allons fonder les travaux pour le 3e plan national d’adaptation au changement climatique. Le déni n’est plus possible. »

Christophe Béchu (Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires)

 

ATTENTION DANGER!


Les Nations Unies de leur côté avertissent « il y a une fenêtre d'opportunité qui se referme rapidement pour assurer un avenir vivable et durable pour tous ».


Pour le Fond Monétaire International, « si aucune mesure n'est prise rapidement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la planète est en passe d'atteindre des températures inégalées depuis des millions d'années, ce qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques. »


Toujours selon le FMI, des décennies de tergiversations ont transformé ce qui aurait pu être une transition en douceur vers une société plus neutre en carbone en une transition qui sera probablement plus difficile.



 

Neutralité Carbone ou Net Zéro ?


Qu’est-ce que la neutralité carbone ?

La neutralité carbone implique une compensation des émissions de gaz à effet de serre (GES) sans nécessairement de réduction préalable ou concomitante.

La neutralité carbone signifie qu'il existe un équilibre entre les émissions de carbone et l'absorption du carbone de l'atmosphère dans les puits de carbone.

Un puits de carbone est un système qui absorbe plus de carbone qu'il n'en émet. Les principaux puits de carbone naturels sont les sols, les forêts et les océans. Selon les estimations, les puits naturels absorbent entre 9,5 et 11 gigatonnes de CO2 par an. Les émissions mondiales annuelles de CO2 ont atteint 37,8 gigatonnes en 2021.


Qu’est-ce que le net zéro ou zéro émission nette ?

La stratégie Net Zéro implique que les émissions de GES soient éliminées jusqu’à leur part résiduelle ou incompressible. Seules ces émissions incompressibles peuvent être compensées.

 


Quel est l'objectif à atteindre?


Pour avoir une chance d'atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de 2015 (limiter le réchauffement climatique, par rapport à l'ère préindustrielle, à moins de 2°C et de préférence à moins de 1,5°C) et parvenir à une neutralité carbone d'ici 2050, il faut prendre des mesures immédiates et ambitieuses.


Alors que les émissions mondiales de GES ne cessent d’augmenter, les calculs montrent que même si elle se maintenaient à leur niveau actuel, le réchauffement devrait avoir dépassé les 2°C en 2050.



L’avenir dépendra de notre capacité à limiter rapidement les émissions de gaz à effet de serre.


La Chine, les États-Unis, l'Union Européenne, l'Inde, la Russie et le Japon sont les principaux émetteurs de CO2 dans le monde. Ensemble, ils représentent 49,2 % de la population mondiale, 62,4 % du produit intérieur brut mondial, 66,4 % de la consommation mondiale de combustibles fossiles et 67,8 % des émissions mondiales de CO2.


Bien que l'UE soit le troisième plus grand émetteur de CO2 au monde, elle poursuit également l'objectif climatique le plus ambitieux : réduire considérablement les émissions d'ici à 2030 et les ramener à un niveau d'émissions nettes nulles d'ici à 2050.



D'ici à 2030, les émissions mondiales doivent

être réduites d'au moins 25 % par rapport aux émissions actuelles.


Selon le GIEC les solutions existent et nous disposons (au niveau mondial) de suffisamment de connaissances, d’outils et de capitaux pour relever ce défi. Dans tous les secteurs, nous disposons de solutions pour réduire au moins de moitié les émissions d’ici à 2030.


De son côté l’Union Européenne a réaffirmé, lors de la COP27, ses ambitions de neutralité carbone en atteignant non plus 55, mais 57 % de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 (Pour rappel en 2021, l’UE avait fixé cet objectif de réduction à 40% en 2030).


Pour atteindre ces objectifs, il faut :


1. Arrêter l’exploitation et l’utilisation des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel), qui a elles seules, représentent 70 % des émissions mondiales de CO2. Le pétrole, le gaz naturel et le charbon représentent encore 80 % de la consommation énergétique mondiale.


2. Se tourner radicalement et de manière accélérée vers les énergies renouvelables. En 2020, l’éolien et les énergies solaires dépassent pour la première fois les énergies fossiles en Europe.


3. Réduire la consommation énergétique (sobriété énergétique)








141 vues0 commentaire
bottom of page